De la décentralisation politique et administrative …

Réservé au monde politique, les termes de centralisation et décentralisation ont gagné le monde des entreprises. La décentralisation politique avait pour objectif un plus grand pouvoir de décisions aux acteurs de proximité. La décentralisation administrative visait quant à elle une répartition des responsabilités et des ressources à différents échelons inférieurs.

… à la décentralisation des entreprises

Au sein des entreprises, cela s’est traduit par une recherche d’implication et de responsabilisation de l’ensemble des salariés en redonnant ainsi de l’autonomie aux équipes et managers de terrain. La décentralisation offre donc plus de souplesse et présente l’avantage de pouvoir s’adapter plus rapidement. Et en haut de la hiérarchie, les managers dirigeants peuvent alors mieux se focaliser sur des décisions plus stratégiques. Toutefois, certains entreprises ont souhaité garder un fonctionnement centralisé, certaines même y revenant pour certaines fonctions, principalement pour réaliser des économies d’échelles.

Mixer décentralisation et centralisation de l’organisation

Finalement, c’est un mix qui semble s’installer pour combiner flexibilité, agilité et économie d’échelle. De plus, grâce aux NTIC, l’ensemble des informations peut être à la fois centralisé et décentralisé. Centralisé car toutes les informations détaillées peuvent être collectées, capitalisées, analysées et « designées » pour offrir une vue synthétique aux décideurs. Décentralisé car toutes les informations peuvent êtres accessibles en temps réel à partir de n’importe quel endroit « autorisé » pour chaque collaborateur. Par « autorisé« , nous pouvons entendre dimension confidentialité côté direction, dimension technologie ou sécurité côté DSI. •

Miser sur le Management Visuel Numérique

Les nouveaux modes de management qui ont émergés avec le Lean Management, le Management Agile et plus récemment l’Entreprise Libérée ont tous en commun de miser sur la confiance dans l’être humain, la responsabilisation de chacun, l’intelligence collective des équipes. Le Management Visuel, en rendant transparent l’information et la circulation de l’information, figure parmi les piliers de la réussite de ces nouveaux modes de management. Les NTIC représente également un 2ème pilier. Et quand le Management Visuel devient numérique grâce aux NITC, imaginez la démultiplication des bénéfices ! Et notamment sur des sphères inattendues comme la gestion du stress, le bien-être au travail, le Hapiness Management. « Mieux je vois, mois je stresse ». Qui ne se sent pas plus rassuré et confiant quand « il y voit plus clair » ?! •

Décentraliser l’information (et les idées) pour remettre l’humain au centre de l’entreprise

Petit préalable, par facilité et rapidité, quand nous parlons d’information dans l’article, nous incluons les idées. Aujourd’hui, l’implication et la responsabilisation semblent les 2 « buzz words » du moment car ils promettent à la fois de tendre vers des organisations et des équipes à la fois plus AGILES et plus SEREINES. Remettre l’humain au CENTRE de l’entreprise passera par une DÉCENTRALISATION de l’information, véritable levier pour permettre à chacun de s’informer et d’intervenir au meilleur moment. Attention, l’intervention se fait, selon des standards définis préalablement bien-entendu, sans attendre que la hiérarchie donne le feu vert, qui parfois reste trop longtemps au rouge, trop concentrée qu’elle est parfois sur des décisions d’un niveau plus stratégique. •

Mixer décentralisation et centralisation de l’information

Et si vous avez suivi depuis le début, grâce aux NTIC, la CENTRALISATION des informations est parallèlement possible au process de DECENTRALISATION grâce aux algorithmes de traitement des données et aux logiciels de visualisation de l’information. Si le mot BIG DATA vous vient à l’esprit, c’est normal … j’y pensais aussi. Chaque information peut être traitée selon des niveaux de synthèse correspondants aux niveaux des décideurs et disponible en temps réel. Centralisation et décentralisation sont enfin réconciliées. •

Du management visuel des données au management visuel des idées

Pour le moment, ce mouvement s’applique assez bien aux données traduisibles en chiffres. C’est un peu plus dur pour le monde des idées mais les méthodes et les outils existent déjà. Ils sont largement perfectibles mais la maturité est moins forte que pour le monde des chiffres. Comme nous le disions plus haut, mixer Management Visuel et Numérique représente un duo gagnant : logiciels de Mind Mapping, de Kanban, d’espace virtuel de collaboration …

Aliquam ut ante. Donec felis ut dolor vulputate, commodo sed at

Pin It on Pinterest

X