Tout projet naît d’une idée. Le but est de transformer cette idée en action. Le Mind Mapping peut nous accompagner tout au long de ce processus. La méthode SIGNOS s’inspire des règles de l’efficacité cognitive en intégrant le Mind Mapping dans chaque étape de la méthode. Mais la méthode peut tout à fait se jouer sans Mind Mapping, ce sera juste moins efficace et moins confortable au quotidien. Rappelons un des adages de SIGNOS : le maximum de bénéfice avec le minimum d’effort dans un maximum de confort.


Deux mondes s’offrent à nous :

  • le monde des idées
  • le monde des actions

Pour faire évoluer une idée vers l’action nous devons mobiliser 3 types de pensée.

Ce qui suit s’appuie sur les travaux de Joy Paul Guilford, psychologue et professeur à l’université de Caroline du Sud (Etats-Unis), qui est à l’origine des notions de pensée divergente et convergente.

  • « Pensée divergente » : elle explore, génère des idées. Les québécois parlent d’idéation. Nous parlons communément d’émergence d’idées et c’est ce terme que nous retiendrons dans la méthode SIGNOS.
  • « Pensée convergente » : elle structure, met de l’ordre pour construire des solutions. On regroupe, catégorise et hiérarchise des idées. Nous parlons communément de structuration des idées et et c’est ce terme que nous retiendrons dans la méthode SIGNOS.
  • « Pensée évaluatrice » : elle donne de la valeur aux idées ou aux actions. C’est décider de celles qu’il faut retenir, prioriser. Le mot évaluation est souvent « réservé » au monde de la formation ou réduit à l’entretien annuel d’évaluation. Nous allons lui préférer le terme de validation.

La méthode croise donc :

  • la recherche d’efficacité dans les 2 mondes : IDEES – ACTIONS,
  • les 3 modes de pensées avec les termes du « quotidien » : ÉMERGENCE – STRUCTURATION – VALIDATION.

Pour faire référence facilement à chaque phase, nous avons créé des néologismes pour mieux se repérer. Ces néologismes servent à signaler que l’intention diffère à chaque phase et que la manière de faire du Mind Mapping sera différente. Nous avons choisi des anglicismes pour dialoguer plus facilement entre différentes langues.

Nous retrouvons les 2 mondes : Idea Mapping ou cartographie d’idée et Action Mapping ou cartographie de l’action. Vous en retrouverez d’autres qui ne sont pas dans ce tableau : Problem Mapping ou cartographie de problème, Prez Mapping ou Mapping de présentation (faire un « prez » = présentation).

Voyons les 6 néologismes des 6 phases de la méthode :

  • Brainstorming : bon là … terme connu … rien à dire de plus.
  • Brain Mapping : brainstorming organisé. Les idées sont catégorisées et hiérarchisées. Nous avons mis de l’ordre dans nos réflexions.
  • Decision Mapping : nous retenons les idées que nous voulons concrétiser réellement.
  • Goal Mapping : Goal pour but/objectif. Nous transformons les idées en objectifs opérationnels, clairs et évaluables.
  • Plan Mapping : nous élaborons le plan d’action et nous planifions.
  • Progress Mapping : nous suivons et évaluons les actions/projet, les avancements et les difficultés.

Les règles de la méthode

Edward de Bono, connu par certains pour son livre sur la méthode des 6 chapeaux et ses travaux sur la pensée latérale, a mis en avant l’importance de se focaliser sur le même mode de pensée pour collaborer efficacement. Dans sa méthode des 6 chapeaux, il demande justement à chaque participant de mettre symboliquement, au même moment, le même « chapeau » de couleur faisant référence à un mode de pensée (factuel, émotionnel, jugement, créativité …).

Avec la méthode Signos, nous proposons la même démarche. Nous demandons à tous de se mettre dans la même phase de la méthode pour réfléchir.
 

Cela n’interdit pas de faire des aller-retour mais l’objectif est de faire les aller-retour ensemble. Dès que plusieurs participants à une réunion se focalisent sur des aspects différents, au même moment, (émergence, structuration, décision …), ils se défocalisent collectivement ». C’est-à-dire ? Les personnes parlent du même sujet mais pas sur le même canal de pensée. Finalement, ils se juxtaposent voire confronte plus qu’ils ne co-élaborent une réflexion collective. Vous verrez assez vite les logiques de débats stériles ou d’incompréhension s’installer. Certains, peu à l’aise dans le débat, commenceront à se mettre en retrait. Les plus à l’aise domineront les débats pour imposer leur point de vue ou des décisions en terme d’action. Qu’en sera-t-il réellement de l’adhésion à ces idées et ces décisions ? Vous souhaitez obtenir une adhésion plus sincère et une cohésion d’équipe plus forte, pensez donc à la collaboration en mode visuel 😉

Pin It on Pinterest

X